Schéma régional climat air énergie d’Aquitaine : l’avis de Virage Energie Aquitaine

Les schémas régionaux climat air énergie (SRCAE) sont l’un des produits du « Grenelle de l’environnement » inscrits dans le Code de l’environnement par la loi du 12 juillet 2010, dite loi Grenelle 2, puis par un décret du 16 juin 2011 qui en précise le périmètre et les modalités d’élaboration.

Ils ont eu le mérite d’inviter, pour la première fois en France, à un exercice de planification énergétique territoriale associant un vaste panel d’acteurs. Ils ont permis de collecter et confronter de nombreux éléments de diagnostic jusqu’à présent épars et de dessiner quelques orientations générales pour l’action au niveau régional.

Néanmoins, ils présentent d’importantes lacunes qui en compromettent la portée. Le SRCAE Aquitaine ne dépasse pas ces limitations : périmètre de réflexion restreint, tabou sur la politique énergétique nationale et son noyau dur, le nucléaire, échéances inadaptées, manque d’ambition et de moyens, faible association des citoyens et des collectivités territoriales tant dans la conception que dans la mise en œuvre.

A l’heure où l’alternance politique qu’entame la France offre l’opportunité de relancer le débat sur une nécessaire transition énergétique dans laquelle les régions devraient jouer un rôle central, il importait que Virage Énergie Aquitaine s’exprime sur ce projet de SRCAE et contribue ainsi au débat qui s’annonce.

Télécharger l’avis de Virage Énergie Aquitaine sur le projet de SRCAE Aquitaine

Consulter le projet de SRCAE Aquitaine

Publicités

Virage Energie Aquitaine : c’est parti !

25 ans après Tchernobyl, l’accident de Fukushima pointe de façon dramatique l’urgence à changer de modèle énergétique, jusqu’alors fondé sur la croissance infinie des consommations et centré sur l’atome.

Dans le même temps, les signaux d’alerte se multiplient annonçant d’une part la raréfaction des ressources en énergies fossiles et d’autre part la réalité du changement climatique induit par un mode de vie placé – en tout cas dans les pays développés – sous le signe de l’ébriété énergétique.

Nous vivons donc un moment clé, d’accélération de la prise de conscience des pouvoirs publics et de la société civile, sur la question de la sortie du nucléaire et sur la promotion de nouveaux modèles décentralisés, axés sur la sobriété, l’efficacité et un mix énergétique faisant la part belle aux énergies renouvelables ; même si en France, nous savons que ce débat est rendu beaucoup plus difficile du fait du poids des lobbies pro nucléaires.

Des démarches citoyennes existent en France, à l’échelle de régions, pour travailler à l’émergence de ces nouveaux modèles. Citons l’association « Virage Énergie », d’abord créée dans le Nord-Pas-de-Calais à proximité de la centrale de Gravelines, qui a récemment essaimé en régions Pays de la Loire et Ile-de-France. Ces groupements inter associatifs ont lancé la réalisation de scénario climat-énergie citoyen visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre en région selon les préconisations du GIEC (-40% en 2020 et au moins -85% en 2050), et à assurer un approvisionnement énergétique durable à la région, en diminuant les consommations et en développant les énergies renouvelables. Ils se sont basés sur les préconisations du scénario Négawatt, qui construit des solutions réalistes pour réduire d’un facteur 4 la consommation d’énergie et les émissions de GES en France.

Et maintenant, un virage énergie-climat en Aquitaine, pourquoi pas ?